[Le Monde] Emploi et handicap : pour des entreprises plus inclusives

Dans l’édition du Monde du mercredi 14 mars, quatre pages font le point sur la politique en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap en France. Le constat global est sans appel :

… la France s’avère moins inclusive que la plupart des pays de l’ouest de l’Europe, qu’il s’agisse des pays scandinaves, toujours à l’honneur en matière de politique sociale, mais aussi de l’Autriche ou de l’Allemagne. Quant au Royaume-Uni, si sa politique est moins généreuse ­financièrement, elle est en revanche plus efficace pour inclure les handicapés dans la vie active.

chomage_handicap_LeMonde

Schéma issu de l’article « En France, les actifs en situation de handicap sont deux fois plus au chômage que la moyenne nationale » (Le Monde)

Le problème ? Selon l’article, la politique française est bien trop construite sur la compensation du handicap : la loi de 2005 a en effet ouvert un droit à la compensation. L’article précise :

Or, il semble qu’il y ait désormais un consensus au sein des pays développés pour mener des politiques qui ne soient plus seulement compensatoires, mais inclusives.

chomage_handicap_LeMonde2

Schéma issu de l’article « En France, les actifs en situation de handicap sont deux fois plus au chômage que la moyenne nationale » (Le Monde)

La formation initiale et continue, tout comme l’accès à l’emploi posent selon l’article de nombreuses difficultés pour les personnes en situation de handicap. Néanmoins, même les personnes ayant accédé à l’emploi sont en difficulté et la question du maintien de leur emploi se pose. Ainsi, dans une enquête de l’Observatoire des discriminations citée par Le Monde, ces difficultés ressortent nettement :

…72 % des personnes handicapées interrogées n’étaient pas du tout satisfaites de leur situation professionnelle, 23 % se déclarant même désespérées…

La discrimination des personnes en situation de handicap est un facteur important de ce mal-être comme le précise l’article.

Néanmoins, il n’est surement pas le seul. En effet, nombre d’ergonomes pointent depuis plusieurs années les limites d’une approche par la compensation lors de l’aménagement des situations de handicap au travail. Sandrine Nahon qualifie cette démarche de « culture des solutions plaquées » dès 2003 lors du 7ème congrès du GEDER. Nous avons nous-mêmes réalisé un mini-site (handicap & travail) pour promouvoir des interventions en ergonomie qui aillent au-delà, afin de proposer une approche véritablement constructive qui ne se contente pas de mettre en face des déficiences des mesures techniques, ou, parfois, organisationnelles. Le frein principal vient essentiellement des financeurs qui voient encore trop souvent les ergonomes comme des techniciens, des professionnels de la solution. Ils dimensionnent ainsi bien trop souvent les études à minima sur l’unique critère de la compensation : il est en effet bien plus rapide, donc moins cher, de mettre en place une « solution » technique que de développer avec la personne en situation de handicap un projet complet sur le long terme, seul capable d’une intégration durable.

Liens vers les articles du Monde :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s