Archives mensuelles : octobre 2017

[Arrêt sur images] La commande vocale rapproche l’entrepôt du travail à la chaîne

Vous vous souvenez certainement d’Arrêt sur Images (ASI), cette émission de critique des médias qui passait le dimanche matin sur le service publique. Il s’agit depuis quelques années maintenant d’une émission en ligne, sur abonnement.

La dernière mouture livrée par l’équipe de Daniel Schneidermann découle directement de l’émission d’Elise Lucet sur Lidl et Free. Au passage, notez que Lidl a contre-attaqué en justice ses propres salariés qui auraient laissé fuiter des informations : quand on ne veut rien comprendre…

L’article et l’émission d’ASI se trouvent ici.

ASI a invité Olivier Masson, préparateur de commandes chez Lidl depuis 12 ans, et délégué syndical UNSA ; Frank Cheron, directeur adjoint du cabinet d’expertise CHSCT Emergences, et David Gaborieau, sociologue au sein du laboratoire Lab’Urba de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, s’intéressant aux entrepôts de la grande distribution en France. Ce dernier maitrise vraiment son sujet puisqu’il en a fait son travail de thèse. Je vous invite à visiter son blog. Ci-dessous une vidéo où il traite de ce sujet.

[Robots et Travail – Le progrés sans le peuple ?] – deuxième intervenant : David Gaborieau from Tv Bruits on Vimeo.

 

Publicités

[Voir et discuter] Un monde sans travail : quid de l’ergonomie ?

France 5 a diffusé récemment un documentaire sur les transformations du travail, qui traite surtout de sa disparition au profit des robots et des intelligences artificielles. Le voici, ci-dessous.

 

Il serait surprenant que les machines arrivent à combler l’ensemble du travail réel : le prescrit, peut-être, mais le réel… Prenez un distributeur de timbres à la poste : il ne gère pas la file d’attente, n’oriente pas les usagers, ne corrige pas les erreurs d’affranchissement… etc. Un monde de machines semblent nous conduire dans un monde simplifié et lacunaire.

Mais admettons que les ingénieurs épaulés par d’autres professionnels, des ergonomes par exemple, parviennent à créer un monde sans travail. Cela impliquera-t-il une disparition de l’ergonomie ?

Non. Le travail n’est pas l’objet central de notre profession. Son objet est l’activité humaine et il y aura toujours de l’activité humaine. Aujourd’hui, les ergonomes ont un emploi principalement, sur des problématiques de santé au travail et d’amélioration des produits. Dans ce second secteur, les ergonomes ne sont donc déjà plus sur la question du travail. Néanmoins, en même temps que cet emploi donne des moyens et des terrains aux ergonomes, il enferme notre discipline sur des champs spécifiques, rentables ou financés.

Un ergonome peut pourtant potentiellement travailler dans tous les domaines de l’activité humaine : culture, vacances, sport, jeu, jardinage, …etc.  Une fois ce point de vue accepté, notre discipline a de beaux jours devant elle, tant les activités à explorer sont variées. Cela impliquera de nouveaux modèles, de nouvelles méthodes de recherche et d’intervention. Personnellement, j’y vois plutôt une perspective formidable.

Reste à trouver qui payera le travail des ergonomes, mais c’est un autre débat, de taille, qui, dans une société sans travail, ne concernera pas que les ergonomes.

 

[Événement] Les Instances Représentatives du Personnel dans la pratique de l’ergonomie et de la Prévention ? Pourquoi faire et comment ?

LogoSelf

La SELF organise une journée Thématique Les Instances Représentatives du Personnel dans la pratique de l’ergonomie et de la Prévention ? Pourquoi faire et comment ?, qui se tiendra à Nancy le 10 nov. 2017. Elle est consacrée aux IRP, sujet hautement d’actualité après la signature des ordonnances en septembre 2017.
Des témoignages et interventions ainsi que des échanges et des débats rythmeront cette journée où j’aurai la charge d’assurer le fil rouge.

Venez nombreux !

Pour s’inscrire : rendez-vous sur  le site de la SELF.
Pour le programme : c’est ici.

 

[A voir voire revoir] Burning out – Dans le ventre de l’hôpital

Arte a diffuser le mardi 3 octobre le documentaire de Jérôme Lemaire sur le secteur hospitalier, Burning Out, dans le ventre de l’hôpital. Il traite plus précisément d’un bloc opératoire en crise à l’hôpital Saint-Louis. Je l’ai raté et je ne découvre l’info que ce matin sur la liste de diffusion Ergoliste.

L’AP-HP a réalisé un communiqué de presse partageant ainsi un autre point de vue sur ce documentaire.

A revoir en replay sur ARte+7, via Youtube ou Daylimotion.