[SELF 2013] L’ergonomie au service de l’aménagement de l’espace public urbain

Nous allons essayer de vous relater quelques communications du 50éme congrès de la SELF. Attention, les sessions étant parallèles, il nous est impossible de toutes les suivre malgré la présence de plusieurs envoyés spéciaux !

20130828_120321Marion Maestracci a produit une communication qui nous a interpellé.

Il s’agit d’une application des méthodes de l’ergonomie à la conception des espaces urbains, et pas des moindres puisqu’il s’agit de la ville de Paris.

montparnasseVous pouvez découvrir sur l’image à droite – si vous avez une bonne vue – les trajets prévus par la ville en bleu et ceux réalisés par les usagers en mauve. Les trajets en bleu font globalement le tour de la place.

Il s’agit donc d’une représentation de, respectivement, l’activité prescrite et de l’activité réelle. En interrogeant les usagers, la chercheuse découvre qu’une population particulière met en avant une situation particulière les mettant en difficulté. Il s’agit des personnes âgées quand elles traversent les voies cyclistes.

L’auteur fait ainsi la démonstration du rôle de l’ergonomie dans l’accessibilité des lieux publics. Ces personnes sont en effet en situation de handicap au sens de la loi à savoir :

L’accessibilité permet l’autonomie et la participation des personnes ayant un handicap, en réduisant, voire supprimant, les discordances entre les capacités, les besoins et les souhaits d’une part, et les différentes composantes physiques, organisationnelles et culturelles de leur environnement d’autre part.

Sachant qu’un handicap au sens de la loi se définit ainsi :

Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.

Cet article montre donc efficacement qu’il faut dépasser une approche normative de l’accessibilité en introduisant l’activité et ses déterminants. Cette approche élargie de l’accessibilité doit bien évidemment ne pas se limiter au cadre urbain mais concerner les espaces de travail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s