Propositions de Jean-Luc Mélenchon

Après avoir détaillé le programme des deux futurs candidats pressentis pour le second tour par les sondages, nous allons vous parler du programme qui nous semble le plus adapté au maux actuels du travail. Nous tenons à préciser que seul la question du travail nous importe ici, comme dans nos précédents billets. En particulier, nous ne nous prononçons pas sur la faisabilité des programmes.

Le programme du front de gauche est épais : le mot « travail » a 63 occurrences. Du coup, nous n’allons pas réaliser le même exercice que pour les précédents billets (consacrés aux propositions de M.Hollande et de M.Sarkozy).

Il y a toute une série de propositions autour des conditions de réalisation du travail :

  • Les 35 heures seront pleinement établies par la loi, sans annualisation, ni perte de salaire et avec les embauches correspondantes (notamment dans la fonction publique), sous le contrôle des élus du personnel.
  • Nous abrogerons toutes les lois antisociales qui ont cassé le Code du travail et engagerons sa refonte pour introduire de nouveaux droits et des garanties élevés pour les salariés, ainsi qu’une nouvelle convention de l’Unedic (visant la n des radiations, l’arrêt des dispositifs de contrôle social des chômeurs mis en place à Pôle emploi, l’ouverture des droits à la protection chômage dès le premier mois de travail). La hiérarchie des normes et le principe de faveur seront notamment rétablis : aucun accord d’entreprise ne pourra être moins favorable aux travailleurs qu’un accord de branche ou que le droit commun (cf. p. 63). Nous réintroduirons l’obligation de réintégrer les travailleurs abusivement licenciés s’ils le souhaitent et nous supprimerons la loi Maillé d’extension du travail du dimanche.
  • Le CDI à plein temps sera réarmé comme norme du contrat de travail.

Quelle sera leur efficacité pour améliorer les conditions de travail ?  Le passage aux 35 heures s’est accompagné dans beaucoup d’entreprises d’une intensification du travail et d’une augmentation des tensions sur les lieux de travail (voir par exemple les enquêtes de la DARES), néfastes à la santé. N’y-t-il pas un danger similaire contenu dans ces propositions ? Peut-être que cela sera évité par le renforcement du poids des salariés dans la gouvernance des entreprises :

  • Elle renforcera les pouvoirs du citoyen là où il travaille, en reconnaissant la citoyenneté d’entreprise : nous instaurerons des droits nouveaux pour les salariés dans l’entreprise, et le statut des grandes entreprises sera redéfini en tenant compte de leur responsabilité sociale

Des propositions spécifiques sont réalisées pour améliorer les conditions de travail des agents des services publics, des travailleurs étrangers, des forces de l’ordre, des agriculteurs et des chercheurs.

Il y a selon nous deux points essentiels susceptibles d’impulser un mouvement d’amélioration des conditions de travail :

  • Le respect de ces droits et de ces protections sera, au quotidien, le meilleur garant du recul de la sourance au travail. Le nouveau Code du travail assurera labolition de la précarité et l’égalité femmes-hommes dans lentreprise en prévoyant de lourdes pénalités pour les entreprises qui ne respecteront pas cette égalité. Les eectifs de linspection du travail seront doublés pour faire respecter les droits sociaux du travail.
  • La lutte pour la santé au travail sera décrétée cause nationale dès la première année de mandat, et nous engagerons immédiatement, en concertation avec les personnels de la santé et les représentants des salariés, le réinvestissement massif de l’État dans la médecine du travail.

Le programme du front de gauche a ce petit côté « tous pareil » dans ses propositions concernant la réalisation du travail et il passe complétement à côté du travail réel en ne traitant que des conditions de réalisation de ce travail (contractuelle, légale…). Traiter la crise du sens du travail (au sens dYves Clot) serait pourtant un chantier très prometteur. Néanmoins, il a le mérite de se pencher sur le problème des conditions de travail plus qu’aucun autre programme et de proposer de renforcer des acteurs incontournables aujourd’hui en difficulté :  l’inspection du travail et la médecine du travail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s