Du 11 au 13 juin 2012 / Séminaire 2012 – Centre d’Éducation permanente Ergonomie et Écologie humaine – Université Paris 1 / Persistances et évolutions : les nouveaux contours de l’ergonomie

Le Centre d’Éducation permanente Ergonomie et Écologie humaine de l’Université Paris 1 organise son séminaire annuel les 11, 12 et 13 juin prochains.

Le thème du séminaire 2012 se propose de traiter du thème suivant : « Persistances et évolutions : les nouveaux contours de l’ergonomie », en approchant les questions suivantes :

1. Entre consolidation et diversification, comment l’ergonomie se garde-t-elle ? Que reste-t-il de sa visée d’origine, de ses principes fondateurs, des raisons qui l’ont fait naître ? Peut-on repérer et expliquer les mouvements qui travaillent l’ergonomie dans le monde, les débats nouveaux qui s’instaurent, les enjeux qui s’y nouent ?

2. L’ergonomie de langue française, s’est peu à peu précisée comme l’ergonomie de l’activité. Dans ce mouvement, elle s’est pensée comme une ergonomie de l’activité de travail. Depuis, il est clairement apparu qu’une autre ergonomie de l’activité s’est développée, très activement, pour laquelle l’activité de travail n’est pas une question particulière, ni donc centrale. Quels sont les enjeux de cette différenciation ? Quelle unité reste-t-il entre ces courants ? Existe-t-il encore une communauté scientifique et professionnelle de l’ergonomie de l’activité ? Sur quelles bases, théoriques, méthodologiques, conceptuelles, … ?

3. Comment la question de la subjectivité remet-elle l’ergonomie au travail ? Quelles nouvelles tensions ou différenciations fait-elle émerger entre l’ergonomie de la tâche et l’ergonomie de l’activité, et au sein de celle-ci avec l’ergonomie de l’activité de travail ? L’ergonomie de l’activité de travail en sort-elle elle-même, confortée ou traversée de nouvelles lignes de force ? Lesquelles, alors ?

Au final, est-il possible de préciser de quels Sujets les ergonomies en cause parlent, tant il est clair qu’ils sont inévitablement différents ?

De ce point de vue, la question se pose-t-elle de la même manière dans les autres « sciences du travail » ? Comment cela dessine-t-il de nouvelles con/divergences entre elles, et quel rôle l’ergonomie y joue-t-elle alors ?

4. Ne serait-ce pas l’occasion de revenir, pour les (re/) préciser et les articuler, sur quelques concepts opératoires essentiels ? Utilisation – et avec lui, utilisabilité –, Usage, Activité, Action … : quels contours de l’expérience humaine du réel, l’ergonomie propose-t-elle de comprendre, et dans quelle intention ?

5. A quelles questions actuelles de la société, de l’entreprise …, l’ergonomie devient-elle plus sensible, et comment y répond-elle ? Comment l’ergonomie évolue-telle, dans ses rapports au politique, au social, au juridique, aux pouvoirs, à l’espace public ?

Le programme et les informations pratiques sont ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s