Comment insulter son patron sans se faire virer ?

En cette période de pré-rentrée, je vous propose un petit billet, non pas d’humeur, mais plutôt d’humour…

Voici une petit florilège d’injures autorisées, tirées (tout comme le titre de ce post) du site www.alertesalaire.com.

Con : Le fait pour un salarié de dire à son employeur qu’il travaille dans une boite de con ne justifie pas un licenciement selon la Cour d’Appel de Dijon (28 Septembre 1999).

Merde, fait chier : Vous pouvez également traiter votre supérieur hiérarchique de gros tas de merde sans risquer de vous faire licencier mais encore faut-il que ce supérieur ai eu un comportement  méprisant,  dixit la Cour d’Appel de Rouen (25 Juin 2002). De même, un salarié qui déclare à son supérieur hiérarchique « tu me fais chier » ne peut être licencié pour faute selon la Cour d’Appel de Douai (21 décembre 2007).

Allez vous faire foutre : Selon les juges de la Cour de Cassation, demander à son employeur d’aller se faire foutre n’est pas non plus un motif réel et sérieux de licenciement (Cassation sociale n°96-41163 du 6 mai 1998).

Insulte sexiste : Messieurs, le fait de tenir des propos sexistes de nature sexuelle envers une collègue de travail en la traitant de « tigresse perverse qui vient me fouetter derrière mon poste de travail » ne vous en coûtera que 2 jours de mise à pied disciplinaire selon la Cour d’Appel de Colmar (15 décembre 2005).

Bouquet final : la bordée d’injures : Le licenciement pour faute d’une salariée est dépourvu de cause réelle et sérieuse, lorsqu’elle a insulté l’employeur en le traitant de salopard et de connard , et en y adjoignant « merde, merde… » dès lors que ces faits étaient inhabituels et se situaient dans un contexte particulier (Cour d’Appel de Douai, 22 septembre 2000).

Et que risque l’employeur qui insulte son salarié me demanderez-vous ? : Et bien l’employeur n’est pas en reste, car il peut se laisser aller à insulter son salarié de con et lui dire qu’il fait chier sans que cela ne constitue une rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur (Cour d’Appel d’Orléans du 4 octobre 2001).

Bon retour dans votre entreprise !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s