Le travail : « c’est… »

Certains affirment que le travail « c’est la santé »… D’autres disent que « pour la garder (la santé) faut pas travailler »…

Plus sérieusement, on peut tous entendre très souvent les uns crier leur plaisir à travailler, à côté d’autres essayant d’expliquer qu’il les fait souffrir…

Et si c’était bien plus compliqué que ça ! Finalement, si tous avaient raison !

Évidemment, cette proposition n’est pas nouvelle. Je sais la partager avec beaucoup. Mais sans doute que rappeler « ce qu’est le travail » peut être une façon de contribuer positivement aux débats… et en particulier à celui de la pénibilité au travail.

Alors je vous invite à lire ce petit livre : « Le thème du travail dans la littérature », écrit par Romain Lancy-Javal. A travers une approche double, littéraire d’abord, au fil des ans ensuite, on peut y lire le regard de divers auteurs sur le travail.

Mais ce que je vous propose, c’est surtout de vous arrêter un moment à l’introduction, qui en quelques lignes proposent une image assez complète de « ce qu’est le travail » :

« Se mettre au travail… », programme répété souvent, difficile, pour chacun d’entre nous. « S’y mettre… » Oui, mais à quoi exactement ?

Le « travail », c’est étymologiquement ‘trepalium’, l’instrument de supplice à trois branches ; se mettre au travail, c’est s’infliger une activité qui n’obéit pas au principe de plaisir, qu’exige une réalité souvent contraignante (société, parents, éducateurs, nécessité matérielle ou morale).

Dans la Bible, dès le premier livre de la Genèse, le travail est présenté comme la malédiction de l’homme chassé du paradis : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front. »

Historiquement, le travail est réservé, dans l’Antiquité, aux gens non favorisés : les citoyens pratiquent ‘l’otium’, l’oisiveté nécessaire. Le ‘negotium’, le non-loisir, le négoce, s’impose à ceux qui doivent mener efforts, négociation, pour assurer leur survie.

Le travail est d’abord le fait des esclaves – et il persistera longtemps l’idée que le travail est infligé à ceux qui doivent l’accomplir parce qu’ils n’appartiennent pas à la catégorie des maîtres : nobles pendant des siècles, héritiers, ensuite, d’un capital qui dispense de travailler ; sont alors salariés ceux qui travaillent.

On observe ainsi le changement de sens du mot « travail » – longtemps synonyme de peine, d’efforts -, qui évolue vers son sens moderne d’activité nécessaire et productive, rétribuée ou non (mais la rétribution est la raison même du travail dans le monde professionnel). Le travail, fatigant, est juste entrecoupé de fêtes, de loisirs, de congés ou de vacances, qui permettent de se reposer, de se distraire, de retrouver des forces, et qui constituent, en principe, des moments plus agréables, parfois plus heureux.

Par provocation, on peut discuter cette supériorité de l’amusement sur le travail : « Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s’amuser », écrit Baudelaire, par défi, dans ses ‘Journaux intimes’… Et si le bon travail se faisait aussi dans et par le plaisir ?

Le travail est réhabilité depuis quelques siècles : il est utile, nécessaire, beau, grand, de travailler. Les grands noms de notre littérature chantent les mérites du travail, de Voltaire à Hugo – ce statut de travailleur par lequel on s’accomplit aussi dans la société, quand on est homme et citoyen, qui se fait pour l’estime qu’on a de soi, pour la sécurité matérielle de ceux qu’on fait vivre, pour sa famille, pour son pays -, avec le spectre nouveau de la privation de travail, du chômage. Le travail se définit non seulement comme une obligation mais aussi comme un droit…

Les plus grands textes nous disent, en montrant tantôt sa douleur, tantôt sa grandeur, ce que peut signifier cette activité. Avec eux, remettons-nous donc « au travail ».

Publicités

2 réponses à “Le travail : « c’est… »

  1. Pingback: Sondage : Les Français aiment leur job ! | Ergopurmalt

  2. Pingback: Dans la série « Le travail, c’est…  : aujourd’hui « Le travail, c’est la santé !  | «Ergopurmalt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s